LES ÉDITIONS ALIFBATA

 

♦ Les éditions Alifbata sont nées en 2015 de l’envie de faire connaître en traduction française la bande dessinée en langue arabe, encore largement méconnue en France et au public francophone. Depuis quelques années, le neuvième art connaît un vrai renouveau au Maghreb et au Moyen Orient, avec l’émergence de toute une série d’auteurs et de dessinateurs qui, du Maroc à la Syrie, font de cet art un nouveau moyen d’expression pour raconter le monde d’aujourd’hui. Qu’il s’agisse de bandes dessinées ou de romans graphiques, d’œuvres individuelles ou collectives, d’auteurs contemporains ou d’ouvrages patrimoniaux, les éditions Alifbata ont pour but de faire découvrir la richesse de cette production artistique.

Alifbata est diffusée et distribuée par Serendip Livres.

        ♦  Téléchargez ici le CATALOGUE ALIFBATA 2020

 

Nos publications

 

Le pain nu

Le pain nu est le récit d'une enfance qui n'a pas eu lieu. Celle de Mohamed Choukri, marquée par la pauvreté et l'exil dans le nord du Maroc des années 1940 à 1950, sous le joug du protectorat. La famine, la fuite d’un père violent, les nuits à la belle étoile dans les bas-fonds de Tanger, la combine, le vin, le kif, le sexe... Mohamed Choukri fait très tôt l'apprentissage de la survie. Il connaîtra aussi la prison. C'est là, aux côtés des détenus politiques, qu'à l'âge de vingt ans il apprendra à lire et à écrire. De l'intérieur de sa cellule, il nous livre ici son récit autobiographique. Le récit d'une revanche sur le destin, qui dévoile comme jamais auparavant une autre histoire du pays, celle faite de misère et d'exclusion.

Censuré jusqu'en 2000 au Maroc, ce roman qui a fait connaître internationalement Mohamed Choukri, a été adapté en bande dessinée par Abdelaziz Mouride, pionnier du 9e art au Maroc et auteur de On affame bien les rats, bande dessinée réalisée clandestinement durant sa réclusion dans la prison de Kénitra et dans laquelle il témoigne de la condition des prisonniers politiques pendant les années de plomb. Édition augmentée d'une annexe sur la vie et l'oeuvre de A. Mouride avec des planches inédites.  
Fatma au parapluie
Véritable ode à la culture orale, cette bande dessinée chorale et foisonnante invite le lecteur à partager la vie des habitants de la Casbah, quartier populaire des hauteurs d’Alger où pauvreté et débrouillardise côtoient au quotidien les ragots et les médisances colportés à propos des uns et des autres. Au centre des rumeurs du quartier, deux femmes mystérieuses qui habitent une vieille maison couverte de parapluies et devenues objet de crainte et de fascination : Lalla Houm et Fatma N’Parapluie. ♦ Voir un extrait du livre et accéder au dossier de presse
Laban et Confiture, ou comment ma mère est devenue libanaise
♦ À partir des petites choses du quotidien, Lena Merhej dessine le parcours de sa mère, Allemande, venue s’installer au Liban à la fin des années 60. Au fil des anecdotes familiales et des souvenirs d’enfance, Lena interroge l’identité de sa mère, médecin militante et engagée, dans un Liban déchiré par les guerres. Avec humour et poésie, elle transcende son histoire personnelle, et se joue des clichés sur Orient et Occident, nous interpellant sur la double culture et l’identité plurielle.Un ouvrage drôle et émouvant, salué par la critique au Liban et dans les pays arabes. Ses planches en noir et blanc ont été publiées entre 2007 et 2010 dans la revue Samandal. Publié en langue arabe en 2011, à Beyrouth, par Samandal. ♦ Nouvelle édition entièrement manuscrite. ♦ Voir un extrait du livre et accéder au dossier de presse
Nouvelle génération : La bande dessinée arabe aujourd’hui.
Disponible à partir du 2 février 2018 Nouvelle génération : la bande dessinée arabe aujourd’hui est le catalogue officiel qui accompagne l'exposition homonyme présentée du 25 janvier au 4 novembre 2018 à la Cité de la bande dessinée et de l'image d'Angoulême. Ainsi que l'expo, le catalogue (bilingue français – anglais) met en lumière plus de quarante auteurs provenant d’Algérie, Égypte, Irak, Jordanie, Liban, Libye, Maroc, Palestine, Syrie et Tunisie. Auteurs individuels, collectifs et collectifs en ligne sont ici présentés à travers une sélection de plus de 120 planches* illustrant l'effervescence que la bande dessinée arabe connaît depuis dix ans. Le catalogue propose également trois essais critiques qui contextualisent cette production encore largement méconnue en France et en Europe : Une rébellion ressuscitée : La volonté des jeunes contre l’Histoire de Georges Khoury (JAD), Médin@ al-Comics. L’empreinte de la ville dans la bande dessinée arabe contemporaine de Enrique Klaus, Du huis clos à la rue : les femmes et la BD arabe de Lina Ghaibeh, co-commissaire de l'exposition aux côtés de Jean-Pierre Mercier. « De la bande dessinée arabe, que connaît le lecteur européen ? Peu de choses... Mais cela peut changer et, à vrai dire, est en train de changer. Car depuis près d’une décennie, de jeunes auteurs, dans cette immense région qui va du Maroc à l’Irak, font bouger les choses. Comme souvent, c’est de la marge qu’ils viennent, mais l’histoire n’enseigne-t-elle pas que c’est toujours de la marge qu’arrivent les nouveautés voire les bouleversements ?... »

- Introduction de Jean Pierre Mercier -

* Des traductions en anglais et français accompagnent les planches, pour la plus part en langue arabe.

♦ Voir un extrait du livre ♦

50 artistes de caricature et de bande dessinée arabes
Disponible à partir du 2 février 2018 ♦ Dans ces pages, les lecteurs francophones pourront découvrir une archive visuelle rare et précieuse, allant des caricatures parues dans les journaux et magazines égyptiens des années 60 aux plus récentes bandes dessinées et dessins de presse diffusés en ligne. Les lecteurs pourront également découvrir de nombreux auteurs jusqu'à présent méconnus en France : aux côtés de célèbres caricaturistes tels Naji Al Ali (Palestine) ou Nadia Khiari (Tunisie), l'ouvrage présente la satire mordante d'illustratrices telles Sara Qaed (Bahreïn) ou Manal Mohammad (Arabie Saudite), qui critique dans ces vignettes l'absence d'égalité entre homme et femmes dans son pays. 50 auteurs, 50 parcours et styles graphiques, 50 regards venant du Nord Afrique et du Moyen Orient sur le monde et la politique internationale... à découvrir pour la première fois en traduction française. ♦ LES 50 AUTEURS : Ahmed Hijazi, Ahmed Toughan, Alexandre Saroukhan, Hassan Hakem, Jalal Al Rifai, Mahmoud Kahil, Mustafa Hussein, Naji Al Ali, Pierre Sadek, Salah Jahin, Stavo Jabra, Abdul Raheem Yassir, Abdullah Sayel, Amjad Rasmi, Bassem Yousri, Elie Saliba, Emad Hajjaj, Fahed Khamisi, Georges Bahjoury, Habib Haddad, Hassan Edalbi, Hachim Carori, Khudair Al Himyari, Manal Mohammad, Mohammed Afefa, Mohammed Khneifer, Muhammad Thallab, Nadia Khiari, Omayya Joha, Rashad Al Samii, Sara Qaed, Talal Shashaa, Yasser Ahmad, Ahmad Al Nady, Ghadi Ghosn, Hatem Aly, Hicham Rahma, Jana Traboulsi, Lena Merhej, Magdy El Shafee, Mohammed Shennawy, Mu'taz Al Sawwaf, Naif Al Mutawa, Othman Selmi, Salam Al Hassan, Sareen Akarjalian, Sherif Adel.   ♦ Voir un extrait du livre 
Beyrouth, La trilogie
♦ Je suis un conteur... Suis-moi !... Je raconte des histoires qui viennent du passé, des histoires de ma ville... Après Beyrouth en 1995 et Beyrouth Bye Bye en 2015, Barrack Rima pose de nouveau, dans Beyrouth Rewind (2017), un regard acerbe et sensible sur la capitale libanaise, quittée à l'âge de vingt ans. Vingt ans également séparent la création de ces trois ouvrages, qui paraissent aujourd'hui en un seul volume. Avec cette trilogie, Rima, conteur visuel, nous invite à le suivre dans le labyrinthe de Beyrouth et dans celui de sa mémoire, hanté et aimanté par cette ville rongée aujourd’hui par les promoteurs immobiliers, envahie par les déchets et leur puanteur, dans laquelle il cherche encore et encore les traces du passé, de son passé... Chauffeurs de taxi, conteurs et marchands ambulants, monde grouillant d’exilés et de réfugiés, ville où règnent miséreux et débrouillards, mais aussi l’argent roi, le béton des promoteurs, la corruption et la censure, Oum Kalthoum et Handala : ainsi se côtoient l’endroit et l’envers de Beyrouth, le présent et le passé, les rêves et la réalité... Dans une narration polyphonique où s’emboîtent les histoires, Rima passe des mouvements de contestation des années 60 à ceux de 2015, de l’espoir qui accompagnait l’après-guerre civile au désenchantement présent. Entre documentaire et science-fiction, il nous donne à voir, avec de grands aplats noirs, Beyrouth comme il la voit, aux mains des tortues ninjas et crocodiles de toutes sortes, promoteurs immobiliers nourris aux pétrodollars et marchands d’illusions qui saccagent la ville, son espace public et son patrimoine, sa mémoire et ses histoires. Loin de s’enfermer dans une tradition régionale, Barrack Rima dépasse les frontières du Liban contemporain, invitant le lecteur à faire un retour sur soi. Que sont devenus nos rêves, nos espérances et nos révoltes ?
ÇA RESTERA ENTRE NOUS – KHALF AL BAB
♦ Un recueil dédié au thème "Jeunesse, sexualité et poésie" Samandal est un collectif d'artistes né à Beyrouth en 2007 en vue d'encourager la création de bandes dessinées. Depuis, il a organisé de nombreux ateliers et résidences, et publié quinze numéros de la revue du même titre, deux albums et deux anthologies. En 2016 Samandal s'associe à Alifbata. Après une année de collaboration entre Marseille et Beyrouth, un symposium consacré au thème «BD et censure» à la LAU University de Beyrouth, une résidence d'écriture à Marseille, paraît exceptionnellement en France le dernier recueil de Samandal : Ça restera entre nous. Pour cette édition, vingt-six auteurs venant du Maroc, de Tunisie, d’Égypte, du Liban, de France, d'Espagne, d'Italie, d'Allemagne et des États-Unis se sont emparés du thème «Jeunesse, sexualité et poésie ». Vingt-six contributions courageuses, en trois langues différentes : arabe, anglais et français. Un livre à retourner dans tous les sens !

Les auteurs

Jonathan Blezard, Zineb Benjelloun, Thomas Azuélos, Paula Bulling, Raphaëlle Macaron, Karen Keyrouz, Omar Khouri, Mai Korayem, Othman Selmi, Barrack Rima, Samara Sallam, Noha Habaieb, Lara Tabet, Joseph Kai, Lisa Mandel, Jennifer Camper, Héléna Nehmé, Mohamad Kraytem, Jana Traboulsi, Nour Hifawi Fakhouri, Ala Wazni Faïl, Lena Merhej, Hashem Reslan, Ghadi Ghosn, Mery Cuesta, Hélène Georges, Manuel Maria Almereyda Perrone, Kamal Hakim.

TÉLÉCHARGER LE DOSSIER DE PRESSE

Laban et Confiture, ou comment ma mère est devenue libanaise

♦ EDITION ÉPUISÉE. Accédez à la nouvelle édition ici 

À partir des petites choses du quotidien, Lena Merhej dessine le parcours de sa mère, Allemande, venue s’installer au Liban à la fin des années 60. Au fil des anecdotes familiales et des souvenirs d’enfance, Lena interroge l’identité de sa mère, médecin militante et engagée, dans un Liban déchiré par les guerres. Avec humour et poésie, elle transcende son histoire personnelle, et se joue des clichés sur Orient et Occident, nous interpellant sur la double culture et l’identité plurielle.Un ouvrage drôle et émouvant, salué par la critique au Liban et dans les pays arabes. Ses planches en noir et blanc ont été publiées entre 2007 et 2010 dans la revue Samandal. Publié en langue arabe en 2011, à Beyrouth, par Samandal.